RETOUR AUX INFOS

Dépêche AFP - 4 septembre 2004

Format PDF pour impression

Bras de fer à Bordeaux chez les catholiques traditionalistes

BORDEAUX, 4 sept 2004 (AFP)

Un bras de fer oppose l'abbé Philippe Laguérie, le curé qui célèbre le culte à l'église Saint-Eloi de Bordeaux, à sa hiérarchie, qui a décidé de l'exclure de la Fraternité Saint-Pie X, l'organisation de catholiques traditionalistes. Le différend porte sur des prises de position récentes de l'abbé Laguérie sur le séminaire d'Ecône (Suisse) et plus particulièrement sur la formation des séminaristes. L'abbé a condamné "une surenchère à la sévérité et à l'autorité qui, à la longue, pourrait mettre la Fraternité en situation grave", nombre de séminaristes étant, selon lui, "renvoyés". Une affirmation que dément sa hiérarchie. "Il y a même une bienveillance à l'égard des séminaristes" de la part du responsable d'Ecône, a souligné le Supérieur pour la France de la Fraternité, l'abbé Régis de Cacqueray, lors d'une conversation téléphonique avec l'AFP. Les déclarations du curé de Saint-Eloi ont conduit à sa nomination au Mexique, que l'abbé a rejetée, considérant cette mutation comme une sanction. "Je refuse cette décision", a-t-il indiqué à l'AFP. Alors que son successeur est présent à Bordeaux, l'abbé avait jusqu'à samedi à midi pour quitter Bordeaux, sous peine d'exclusion de la Fraternité, qui devrait lui être signifiée par courrier, selon l'abbé de Cacqueray. Mais l'abbé Laguérie, toujours présent samedi soir dans la capitale girondine, célèbrera l'office dimanche à Saint-Eloi, a-t-il confirmé. Cette église a déclenché ces derniers temps des passions à Bordeaux, en raison des conditions de son attribution par la Ville -finalement annulée par la justice- à une association proche de la Fraternité.