RETOUR AUX INFOS

France 3 - 20 septembre 2004

Format PDF pour impression

BORDEAUX, 20 sept 2004 (AFP)
Bordeaux: le TGI refuse de trancher le conflit entre traditionalistes

La chambre civile du TGI de Bordeaux, appelée lundi à se prononcer en référé sur le conflit qui oppose à Bordeaux la Fraternité Saint Pie X à l'abbé Philippe Laguérie, exclu récemment de cette organisation traditionaliste, a renvoyé l'affaire pour qu'elle soit jugée sur le fond. "Nous aurions préféré que le tribunal fasse tout de suite droit à notre demande et que les clefs de la chapelle de Notre-Dame du Bon Conseil soient restituées à l'abbé Laguérie", a indiqué à l'AFP, Me Jérôme Turot, avocat de l'association église Saint-Eloi, chapelle dans laquelle l'abbé Laguérie continue d'officier malgré son exclusion. Selon cet avocat parisien, cette affaire devrait être tranchée par un juge du tribunal de grande instance de Nanterre, où la Fraternité Saint-Pie X possède son siège. L'abbé Laguérie avait déposé un recours en référé, le 8 septembre, après s'être vu interdire l'entrée, de la chapelle Notre-Dame du Bon, autre lieu de culte de la Fraternité Saint Pie X dans l'agglomération bordelaise. L'abbé Laguérie a été exclu de la Fraternité Saint-Pie X après avoir diffusé un document critiquant le séminaire d'Ecône (Suisse). "Nous avons fait ce recours pour continuer à y célébrer la messe. Depuis trois semaines ils y ont mis des vigiles avec des chiens de garde et ont changé les serrures", a expliqué M. Laguérie. Actuellement, l'abbé Laguérie et son vicaire conservent l'église Saint-Eloi, tandis que l'abbé Duverger, officie à Notre-Dame de Bon Conseil.