RETOUR AUX INFOS

Informations transmises par l’association Sensus Fidei - 22 octobre 2004

Format PDF pour impression

Le petit groupe d’ecclésiastiques et de laïcs qui a préparé et suivi, en Suisse et en France, les « conversations » entre Mgr Fellay et les abbés Laguérie et Héry a pris connaissance avec surprise et tristesse du communiqué publié par la FSSPX le 21 octobre 2004.

Il tient à souligner que si – en effet – ses  « conversations » ont été « fructueuses et ouvertes », on ne peut en imputer l’échec actuel à l’abbé Philippe Laguérie et à « sa détermination de poursuivre dans la voie qu’il a choisie. »

En effet :

Le samedi 16 octobre ces « conversations » avaient débouché sur la rédaction de trois communiqués soumis aux deux parties. L’abbé Philippe Laguérie et l’abbé Christophe Héry y ont donné leur accord mais Mgr Fellay a refusé de les accepter. Les « conversations » ont été dès lors suspendues.

A notre connaissance, l’abbé Laguérie et l’abbé Héry n’ont choisi aucune autre voie que celle de demeurer dans le sein de la FSSPX dans laquelle ils œuvrent depuis tant d’années. Les sanctions qui ont voulu les frapper, et qui ont été rendues publiques par les organes dirigeants de la FSSPX, ont eu pour objectif – aujourd’hui évident au vu de la sécheresse agressive du communiqué publié par celle-ci – d’éliminer l’abbé Laguérie et son adjoint quoi qu’ils disent ou fassent. C’est donc par une étrange inversion du cours réel des choses que la FSSPX veut rendre ces deux prêtres responsables d’une situation qu’elle a, elle-même, provoquée hier, et qu’elle veut rendre irréversible aujourd’hui.

Le ton et le contenu du communiqué de l’abbé Arnaud Sélégny, secrétaire général, nous ont d’autant plus douloureusement surpris qu’ils contrastent avec les propos apaisants et pénétrés de Charité chrétienne qu’a tenus Mgr Williamson dans son sermon du 17 octobre à Saint-Nicolas-du-Chardonnet.

Afin que tous soient en mesure de juger sur pièces, nous rendons publics ci-dessous les trois communiqués qui ont été rejetés par la FSSPX le 16 octobre 2004.

 Protocole

Communiqué de presse de MM. Les Abbés Philippe Laguérie et Christophe Héry, Eglise Saint-Eloi (Bordeaux)

Après un été difficile marqué par les heurts et les malentendus, MM. Les Abbés Philippe Laguérie et Christophe Héry sont heureux de vous informer qu’ils ont pu s’expliquer avec leurs supérieurs de la Fraternité Saint-Pie X et faire valoir leurs points de vue.

Il est ressorti de ces conversations que le bien commun de l’Eglise et le salut des âmes requièrent que tous exercent leur ministère en bonne intelligence et dans la charité chrétienne.

En plein accord avec M. l’Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur pour la France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, MM. Les Abbés Philippe Laguérie et Christophe Héry ont décidé de limiter leurs activités au ministère des fidèles de l’église Saint-Eloi à Bordeaux jusqu’à ce que la paroisse soit établie comme ils le désirent.

Communiqué de presse de M. l’Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur du District de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X (Paris)

Après les évènements douloureux qu’a connus le Prieuré Sainte-Marie et les églises de la Fraternité Saint-Pie X à Bordeaux cet été, des discussions franches et amicales ont permis à M. l’Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur de District et donc responsable de ce prieuré et de ces églises, de reconnaître que le ministère envisagé par MM. les Abbés Laguérie et Héry à l’église Saint-Eloi de Bordeaux pourra compléter heureusement le travail de la Fraternité dans cette ville.

Il profite de cette occasion pour les remercier de leur succès remarquable comme prêtres de la Fraternité Saint-Pie X. Il les assure de sa prière pour la réussite de leur ministère et leur promet qu’ils seront toujours les bienvenus dans les maisons de la Fraternité Saint-Pie X.

Communiqué de presse de S.E. Mgr Bernard Fellay, Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X (Menzingen)

S.E. Mgr Bernard Fellay, Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, prenant en compte les préoccupations de certains prêtres de la Fraternité et de nombreux fidèles sur la gestion des séminaires et sur l’application du droit canonique au sein de cette Fraternité a décidé de nommer un visiteur canonique et une commission ad hoc pour instruire ces questions dans la perspective du chapitre général de l’année 2006.

13 octobre 2004