RETOUR AUX INFOS

Pacte n°87 - septembre 2004

Correspondance d'Etienne Couvert avec deux évêques de la FSSPX

Format PDF pour impression

Réponse de Mgr Tissier de Mallerais

Etienne Couvert répond à Mgr Tissier de Mallerais

Réponse de Mgr Fellay

Etienne Couvert répond à Mgr Fellay

premier envoi aux quatre eveques

Lyon, le 21 mars 2004

Monseigneur,

Deux prêtres de votre Fraternité se sont cru le droit de publier 200 pages d'insultes et de crachats sur ma personne et mes écrits. Un seul prêtre de votre Fraternité a eu le courage de prendre publiquement ma défense. Tous les autres se sont couchés comme des lâches.

J'ai attendu plusieurs mois le rétablissement de mon honneur et de la vérité. En vain. Je ne pense pas que le Seigneur puisse bénir une Institution religieuse qui se comporte ainsi.

Evêque, c'est par vous que je suis déshonoré. Je vous crie ma tristesse et mon indignation. Etienne COUVERT

Lettre d'Etienne Couvert aux quatre évêques FSSPX

Etienne Couvert répond à Mgr Tissier de Mallerais

Réponse de Mgr Fellay

Etienne Couvert répond à Mgr Fellay

reponse de mgr tissier de mallerais

Ecône, le 25 mars 2004

Cher Monsieur,

Votre lettre du 21 mars m'est parvenue ce matin.

Votre honneur ne me semble pas atteint par le livre de Paul Sernine, lequel ne s'est certes pas grandi en écrivant son ouvrage. J'ai lu et relu La paille et le sycomore, et je dois avouer, malgré mon estime pour mon confrère, que c'est vous qui sortez grandi de cette dispute.

Il me semble que la réponse que vous avez apportée à Paul Sernine dans le numéro de LECTURES FRANCAISES, que j'ai lu attentivement et intégralement, rétablit parfaitement la vérité.

Regrettant de n'être pas un lecteur de vos ouvrages, je ne puis me prononcer moi-même sur l'idée de Gnose que vous avez dénoncée ; mais l'ouvrage de Paul Sernine ne m'a ni convaincu ni enthousiasmé ; il ne construit rien.

Veuillez... Bernard TISSIER DE MALLERAIS

Lettre d'Etienne Couvert aux quatre évêques FSSPX

Réponse de Mgr Tissier de Mallerais

Réponse de Mgr Fellay

Etienne Couvert répond à Mgr Fellay

réponse d'etienne couvert à mgr tissier de mallerais

Lyon, le 10 avril 2004

Monseigneur,

(...) J'ai bien agréé l'expression de votre bienveillance à mon égard.

Mais, pour parler sincèrement, ce n'est pas cette réponse là que j'attendais. Vous savez bien que Mrs. de Tanoüarn et Celier n'ont pu obtenir une telle audience pour leur pamphlet, La paille et le sycomore, que par leur appartenance aux sphères dirigeantes de votre Fraternité. Ils ont même précisé que leur livre avait été publié "avec l'approbation des Supérieurs". Ce qui veut dire que la Fraternité, en tant que telle, porte une responsabilité dans cette affaire. L'insulte a été publique et répercutée longtemps par toutes les instances médiatiques liées à votre Fraternité, sauf une, ce qui fait bien peu.

Pour réparer une insulte publique, j'attendais une réponse publique et des regrets exprimés publiquement par les auteurs du pamphlet ou bien un désaveu public des Supérieurs. Ce qui est de stricte justice. C'est cette réponse-là que j'attends toujours.

Vous me dites n'avoir pas lu mes ouvrages sur la Gnose. Cependant vous avez lu et relu le pamphlet de Sernine et attentivement ma réponse. Ne croyez-vous pas qu'il manque, dans votre réponse la référence fondamentale à mes écrits ? Comment peut-on passer sur l'essentiel de mon travail à propos d'un sujet si important et se contenter de compter les points dans une querelle ? Je n'ai pas écrit mes livres pour des polémiques. Mes écrits sont connus et publiés depuis longtemps, au moins quinze ans. Ils ont été présentés, même dans la Fraternité, avec éloges et recensions très bienveillantes.

La situation actuelle est tout à fait nouvelle. Elle résulte d'un acharnement  de ces deux prêtres contre mes écrits pour les discréditer, un acharnement qui remonte déjà à plus de dix ans, avec brochures sous le manteau, articles de revues, etc.

Puis-je espérer que vous voudrez bien lire mes écrits avec la même attention que les textes de cette polémique ?

Dans cette attente… Etienne Couvert

Lettre d'Etienne Couvert aux quatre évêques FSSPX

Réponse de Mgr Tissier de Mallerais

Etienne Couvert répond à Mgr Tissier de Mallerais

Etienne Couvert répond à Mgr Fellay

reponse de mgr féllay

Menzingen, le 26 avril 2004

Cher Monsieur,

Votre réponse m'est bien parvenue. (…)

Vous dirais-je que si je m'attendais à recevoir un mot de votre part, je le voyais sous forme d'une réponse point par point à ce que M. l 'Abbé Celier a cru devoir mettre en cause dans vos études. Il souhaitait un débat d'idées et je pensais que vous auriez à cœur de démontrer la cohérence de vos écrits. Devant cette attente, vous comprendrez vous-même que votre lettre m'a laissé perplexe. Parler de "200 pages d'insultes et de crachats", dire que tous les prêtres sauf un "se sont couchés comme des lâches" et arriver à cette conclusion : "Evêque, c'est par vous que je suis déshonoré" est une amplification de langage qui ne me parait pas digne de votre personne. C'est par ailleurs un manque notable à la justice et à la vérité.

S'il y a effectivement des dérapages de langage dans l'ouvrage incriminé et, malgré le désir avoué de ne pas attaquer les personnes, quelques manquements à cette règle, il n'y a pas pour autant qu' "insultes et crachats", vous en conviendrez.

Vos défenseurs, à travers le courrier que j'ai reçu, ont essayé de montrer en quoi M. l'Abbé Celier avait manqué.

Je pense donc que plutôt que de me rendre coupable de vous avoir déshonoré, vous devriez vous-même vous faire un point d'honneur de défendre vos thèses. Il me semblerait indigne d'un chercheur de se contenter de rester muet ou de réagir uniquement de manière émotionnelle lorsque des thèses qui ont fait sa vie et son action sont mises en cause.

En espérant… Bernard FELLAY

Lettre d'Etienne Couvert aux quatre évêques FSSPX

Réponse de Mgr Tissier de Mallerais

Etienne Couvert répond à Mgr Tissier de Mallerais

Réponse de Mgr Fellay

reponse d'etienne couvert à mgr fellay

Lyon, le 4 mai 2004

Monseigneur,

Mon courrier du 21 mars dernier n'était pas une réponse à une correspondance antérieure. Je l'ai envoyé de mon propre mouvement. C'était un appel au secours. Depuis plusieurs mois je suis bafoué et odieusement calomnié par deux de vos prêtres.

Je vous ai demandé de me défendre contre leurs accusations. C'est bien le rôle d'un évêque d'être le protecteur de ses fidèles.

Lorsque j'ai reçu le livre de Paul Sernine, en novembre dernier, je l'ai lu attentivement. J'ai été frappé par la malveillance qui se manifeste de partout au cours de la lecture. Mes textes et mes faits sont déformés, toujours pris en mauvaise part. Je n'ai pas trouvé quelques éclairs sympathiques dans les expressions utilisées par l'auteur, quelques formules bienveillantes ou aimables. Tout dans ce livre était froid et sec, sans chaleur humaine. Après lecture, je l'ai jeté à la poubelle. Je ne pouvais pas garder un tel livre dans ma bibliothèque.

Vous me dites que l'abbé Celier souhaitait un débat d'idées.  Mais quel débat ? Il n'y a pas eu le moindre débat, pas le moindre dialogue. Mrs. Célier et de Tanoüarn ont organisé des émissions à Radio-Courtoisie, des conférences dans plusieurs prieurés de France, au cours desquels ils ont pu porter contre moi des critiques et des accusations auxquelles je n'ai pas pu répondre. Je n'ai été invité nulle part. Ils ne sont pas venus me rendre visite, ni me proposer une rencontre ou un dialogue, qu'ils ne désiraient manifestement pas organiser.

Je n'appelle pas cela un débat d'idées ; c'est plutôt une agression unilatérale sans possibilité de réponse.

Par ailleurs, depuis très longtemps la Fraternité m'a mis à l'index. Elle se refuse absolument à me citer, à présenter mes travaux sur la Gnose. Je n'ai pu lire aucune recension de mes livres dans FIDELITER par exemple, comme dans les autres publications de la Fraternité. Mon nom n'est jamais cité nulle part. Vous auriez pu m'inviter à un interview ou entretien, comme il s'en trouve souvent dans FIDELITER. Je suis bien exclu de la Fraternité, en tant qu'écrivain, et cela depuis longtemps, alors que, par ailleurs, mes livres se sont bien diffusés dans nos familles traditionnelles.

J'ai répondu, en février dernier, à quelques questions posées par Christian LAGRAVE dans LECTURE ET TRADITION. Ces réponses n'ont pas été reprises dans les publications de la Fraternité, ce qui montre bien que le débat d'idées n'est pas désiré.

Vous me dites que je devrais avoir à cœur de démontrer la cohérence de mes écrits. Mais je ne peux pas écrire un nouveau livre pour expliquer les précédents. La cohérence est dans mes écrits. Il suffit de les lire pour l'y trouver. Et la Fraternité n'a pas fait le moindre effort pour les diffuser.

Vous-même, avez-vous lu vraiment mes livres ? Ce qui s'appelle lire sérieusement, la plume à la main, comme je fais toujours ? C'est la première chose à faire, avant de commencer n'importe quel débat. Je me refuse toujours à répondre à des personnes qui portent des critiques à mon égard sans avoir lu mes livres. C'est la première des honnêtetés.

Je n'ai pas à défendre ma thèse. Ce que j'ai écrit dans mes livres, ce ne sont pas des thèses, ce sont des vérités fondamentales sur la Foi catholique. Elles se défendent toutes seules, sans mon intervention. Pour répondre au livre de Paul Sernine, il suffit de relire mes livres. Ils contiennent toutes les réponses nécessaires, en face des accusations portées. Je ne veux pas me voir contraint de réécrire des pages entières de mes livres déjà édités et réédités.

Je réitère donc mon appel : Evêque, c'est par vous que je suis déshonoré. Je vous prie de bien vouloir me défendre contre mes adversaires. J'espère que vous avez bien entendu ma plainte.

Veuillez agréer… Etienne Couvert.

Lettre d'Etienne Couvert aux quatre évêques FSSPX

Réponse de Mgr Tissier de Mallerais

Etienne Couvert répond à Mgr Tissier de Mallerais

Réponse de Mgr Fellay

Etienne Couvert répond à Mgr Fellay