RETOUR AUX INFOS

"La Fraternité en danger!" - Tract diffusé à St Nicolas du Chardonnet, avec l'accord de l'abbé Beauvais - 12 décembre 2004

Format PDF pour impression

Tract distribué sur le parvis de St-Nicolas-du-Chardonnet le 12 décembre 2004, avec l'accord de l'abbé Beauvais, en charge de cette église. Le tract a été distribué avec la recommandation de le lire "jusqu'à la fin" (pour comprendre le second degré). La lecture du tract a été recommandée lors des annonces.

La Fraternité en danger!

Paroissiennes, paroissiens de Saint Nicolas, on vous ment!

« Il y a une crise qui apparaît très clairement, qu'on essaie de faire disparaître, qu'on essaie de nier, qu'on essaie d'enfermer le cadavre dans le placard, « circulez, il n'y a rien à voir, le problème est résolu ». C'est faux, c'est faux, c'est faux! La crise est là, profonde et elle ronge en profondeur! »

« La véritable crise de la Fraternité c'est cette espèce de dérive qu'elle connaît à l'heure actuelle, qui se traduit par à la fois un confinement, une contraction de son dispositif, une espèce de jansénisme de plus en plus marqué, par un encadrement de plus en plus étroit des fidèles, et je ne dirais pas le rejet mais la mise au deuxième niveau simplement des missions apostoliques pour privilégier et monter en épingle la sanctification individuelle. »

« Depuis 10 ans la Fraternité piétine.» A qui la faute?

A l'insuffisance de la hiérarchie de la Fraternité pour faire face aux responsabilités" - je dirais le mot « responsabilités historiques » qui sont aujourd'hui les siennes, c'est-à-dire de saisir la chance de s'affirmer dans le monde entier, et d'abord et surtout en France, et ce pourquoi parce qu'à mon avis la hiérarchie n'a pas le niveau qualitatif, n'a pas le niveau mental qui lui permet, n'est pas en mesure de gérer une telle expansion parce qu'ils ne sauraient pas faire, ils ont peur de l'expansion. »

« On ramène le dispositif à son niveau de compétences, plutôt que d'étendre son niveau de compétences à ce que devrait être le dispositif. C'est ce contre quoi nous luttons. »

« Il y a l'ère des conquérants, l'ère des organisateurs, l'ère des parasites. On entre davantage dans l'ère des parasites. »

Comme le dit le P. Patrice Gourrier, aumônier d'étudiants à Poitiers, dans « La Croix » du 7 décembre 2004 : « L'Eglise est atteinte du syndrome de l'escargot et à tendance à se replier sur elle-même, alors que nous chrétiens, sommes appelés à relever les défis de la barbarie humaine, économique, écologique. Arrêtons de nous consacrer à la morale privée et au lit des gens. Résistons à l'individualisme ambiant qu'encourage l'institution. Il faut ouvrir de nouveaux horizons. Sinon l'histoire nous accusera de déni de défis. »

Et on voudrait nous faire taire

« Les laïcs n'ont pas à savoir ce qui se passe, les laïcs n'ont qu'à se taire, les laïcs doivent être enfermés dans un dispositif qui les contrôle sévèrement. C'est le Moyen Age, c'est-à-dire qu'on prend les fidèles pour des analphabètes qui n'ont pas à savoir ce qui se passe. »

« Eviter qu'un certain nombre d'intrigants ou d'autres qui ont essayé de mettre la main dessus (la Fraternité) et qui la réduisent à leur pauvre niveau, n'arrivent à la scléroser dans un premier temps, et dans un deuxième temps à la faire disparaître.

Ce qui est ce que nous redoutons plus que tout au monde. »

« Plus nous serons nombreux, plus nous serons importants et plus nous pourrons faire entendre notre voix. »

La hiérarchie doit démissionner!

Défendons la Fraternité malgré elle et, s’il le faut, contre elle!


Ce tract vous choque? Il n'a pas été rédigé par des militants de Lutte Ouvrière ou de la Ligue Communiste Révolutionnaire, il exprime le but réel de l'Association Sensus Fidei.

A part les phrases en italique, ce tract est uniquement composé des déclarations du Président de Sensus Fidei, sur Radio Courtoisie, le 17 novembre 2004. A bon entendeur, salut!