RETOUR AUX INFOS

Jean Bojo: "Il faut que la Tradition continue" - 15 décembre 2004

Editorial de CREDO n° 166
Repris de La Porte Latine

Les articles de Credo que vous avez reçu durant la première quinzaine d’octobre, ont été remis avant le premier septembre. Il en ait ainsi pour chaque numéro. Je vous écris ces lignes durant la dernière semaine d’octobre ; vous ne les lirez que début décembre. C’est le délai prévu pour rassembler tous les articles, les formater et les remettre à l’imprimeur, etc …. C’est ainsi que parfois l’actualité nous rattrape et même quelque fois nous dépasse. C’est ce qui s’est passé pour ce qui est devenu « l’affaire Laguérie ». Le numéro étant « bouclé », nous n’avons pu le modifier sur l’ensemble, mais nous avons ajouté, en avant dernière page, la « dernière minute suivante » :

« Mes frères, j’ai appris qu’il y a des disputes parmi vous. Je veux dire que chacun de vous parle ainsi : Moi, je suis à Paul ! – et moi, à Apollos ! – et moi, à Céphas ! – et moi, au Christ !. »

C’est ainsi que St Paul admonestait les Corinthiens. Il ajoutait :

« Le Christ est-il divisé ? … . »

Eh non, mes chers amis, le Christ est Un, tout comme doit être Une l’Eglise, son Corps mystique ? C’est pour rester fidèle à l’enseignement des Apôtres et de toute la Tradition de l’Eglise que nous avons choisi, depuis plus de trente années, de suivre Mgr Lefebvre et la FSSPX. Ne laissons pas entrer dans nos cœurs les dissensions qui ont malheureusement été montrées au grand jour pour nous déstabiliser. Prions pour que le Saint Esprit soit toujours auprès de nous tous en cette période où le démon mène le bal au point de faire tourner les têtes, même les mieux faites. Prions pour que la charité, l’humilité et l’obéissance l’emportent.

Restons unis dans la « mouvance » de la FSSPX. Je dis la mouvance, car la FSSPX est une Fraternité Sacerdotale, donc composée de prêtres et il y a aussi d’autres groupements, je pense principalement à La Fraternité de la Transfiguration. Certes les générations de prêtres et de fidèles se suivent et peuvent agir différemment dans nos prieurés et chapelles, mais soyons apostoliques, c’est-à-dire missionnaires, comme l’a été Mgr Lefebvre dans ce continent africain dont il était le Délégué apostolique pour le Saint Siège, c’est à dire le Représentant du Vicaire du Christ. En tout état de cause, restons derrière la FSSPX, car, comme le rappellent Les Chevaliers de Notre-Dame dans un courrier du 29 septembre dernier,

« La Fraternité Saint-Pie-X est aujourd’hui la seule oeuvre d’Eglise, avec d’autres congrégations qui se réclament à juste titre de l’héritage de Mgr Lefebvre, à permettre le salut des âmes, par son orthodoxie doctrinale et l’intégrité des sacrements qu’elle délivre. C’est le seul point qui doit intéresser les catholiques de Tradition. »

« Mgr a bien désobéit à Rome après avoir fondé sa Fraternité » : m’a dit dernièrement un « Conciliaire ». Ce n’est pas Mgr qui a désobéit, mais les hommes d’Eglise qui au nom de l’obéissance à la Loi, voulaient nous faire adopter une nouvelle Foi. Voici d’ailleurs ce que Mgr disait dans l’homélie, prononcée pour la première messe solennelle de l’abbé Boubée le 1er juillet 1978 à Mantes-la-Jolie :

« Si nous sommes dans la désobéissance apparente, c’est pour obéir à la volonté de Dieu et à toute la Tradition de l’Eglise … Nous sommes persuadés que des hommes qui ne sont pas des hommes d’Eglise, veulent nous faire faire des actes qui détruisent notre foi et nous contraindre à la désobéissance à Dieu. Ces actes, compromission de la Vérité avec l’erreur, de la Vertu avec le vice, sont la négation de la Charité et de la gloire de Dieu. Nous les refusons en préférant obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes . »

Compromission que de mettre toutes les religions sur le même pied d’égalité, comme à Assise. Compromission, amalgame avec ce terme : « Les religions du Livre ». La Religion catholique, le nôtre, n’est pas une religion du Livre ; Elle est la religion de la Parole (Verbum, le Verbe) : Et le Verbe s’est fait Chair, lit-on dans le prologue de St Jean : Et Dieu s’est fait Homme en Jésus-Christ. Tant que la Rome moderniste n’aura pas fait sa Contre-Révolution conciliaire, la FSSPX sera indispensable pour rappeler sans cesse la Tradition multiséculaire de notre mère, la sainte Eglise. Mgr Williamson, dans le sermon qu’il fit le 17 octobre dernier à St Nicolas, a bien décrit la situation par un des ses exemples dont il a le secret : Le Titanic vient de couler, La FSSPX se retrouve dans un canot de sauvetage ; tous les passagers doivent rester unis et obéir au responsable de ce canot, afin que celui-ci ne sombre pas à son tour.

Venons-en maintenant à des choses plus matérielles, quoique … ! Dans le précédent numéro, notre Secrétaire Général, Mr CHEVRY, a lancé un appel pour la survie de la revue. Vous avez été nombreux à répondre et à nous rendre courage par votre aide généreuse. Soyez tous vivement remerciés. Vous avez compris, que si Credo n’est pas, comme d’autres, une revue très branchée philosophiquement ; elle est malgré tout nécessaire et pour certains indispensable. Vous nous dites que notre revue est réconfortante et stimulante par la clarté et la simplicité de ces écrits. Certes parfois, une phrase ou même un mot peuvent irriter l’un ou l’autre d’entre vous ; et vous nous le faites savoir ; nous vous en remercions également. C’est cela une famille, n’est-ce pas ?

Mais après la lecture de numéro reçu, qu’en faites-vous ? le Placard ? En vrac avec d’autres journaux ? Peut-être, la poubelle ? Il faut le donner ou le prêter à des parents, amis ou voisins. Cela aussi est apostolique et permet le maintient de la Tradition. N’hésitez pas à nous demander l’envoi de numéros à des personnes que vous souhaitez intéresser en nous communicant leurs adresses. Pour cela écrivez directement chez le Président (Adresse en bas de la première page de couverture).

« Et Verbum caro factum est » : très bientôt, une nouvelle fois, nous dirons ou chanterons ces mots devant la crèche. Depuis le moment où cette venue s’est produite la face du monde a commencé à changer : les bergers, les mages, les saints Innocents, la Passion, la Mort, la Résurrection, l’Ascension, la Pentecôte puis la Tradition transmise jusqu’à nos jours. Cette tradition, il nous faut nous en imprégner et la transmettre telle que nous l’avons reçue. Que ce Noël soit pour chacun d’entre nous un Noël de réconfort, de remise en forme, pourrait-on dire, pour affronter toujours plus saints, plus unis et plus forts les évènements de l’année qui vient : C’est le souhait que je formule pour vous tous, chers amis, au nom de tout le Conseil d’Administration de CREDO.

Jean BOJO
Président de Credo