RETOUR AUX INFOS
Olivier Pichon : « Comment affirmer publiquement les racines chrétiennes de la France »

Version PDF

Article paru dans Minute du 9 février 2005

Olivier Pichon, vous êtes le directeur de la revue «Monde et Vie» [14 rue Edmond Valentin, 75007 Paris] et vous avez participé au Congrès du 6 février. N’avez-vous pas trouvé particulièrement rébarbatif le sujet proposé par les Cercles de Tradition, ce centenaire de la laïcité à la française ?

Il n’est rébarbatif que pour ceux qui n’en saisissent pas les enjeux. Je pense au contraire que c’est une vraie question d’actualité. Le choc de l’islam nous a fait rentrer dans le XXIème siècle, en nous imposant une nouvelle manière de considérer les rapports entre politique et religion. L’islam, il faut le dire, a souvent joué contre son gré, le rôle d’aiguillon de la chrétienté. En l’occurrence, je pense que l’attitude de M. Sarkozy, voulant créer un islam de France et soutenant ce qu’il  appelle lui-même une discrimination positive en faveur de l’islam a réveillé la conscience de notre peuple. Je crois que beaucoup de gens se réclament aujourd’hui de la culture chrétienne qui ne l’auraient pas fait il y a dix ans.

Pourquoi la présence de millions de musulmans en France réveille-t-elle, selon vous, davantage la conscience chrétienne que la conscience laïque ?

Le laïcisme est derrière nous. Nous sommes entrés dans une nouvelle phase historique, car, nous pouvons  déjà le constater à travers maints indices, l’islam n’est pas soluble dans la laïcité... Lorsqu’on a compris cela, on en arrive tout naturellement à penser que la laïcité a perdu son souffle et sa puissance intégratrice... et qu’il faut trouver autre chose !

L’abbé de Tanoüarn parle d’« assurer la prépondérance sociale des valeurs chrétiennes ». C’est une formule. Comment peut-elle se réaliser dans les faits ?

On pourrait dire qu’il faudrait d’abord affirmer publiquement les racines chrétiennes de la France. Je prends un exemple : l’article 2 de la Constitution de la Vème République stipule que le français est la langue de la République. La langue n’est pas un objet constitutionnel, mais le législateur a éprouvé le besoin de faire ce rappel et de réaffirmer la prégnance du français en France. Il ne serait pas impossible de penser que l’on prenne acte de la situation nouvelle où se trouve notre pays et qu’un article supplémentaire soit inscrit,rappelant que la France tire ses racines de la culture chrétienne...

Et pourquoi ne pas parler de ses « racines humanistes » ?

L’humanisme, au sens où vous l’entendez, c’est une idéologie issue du siècle des Lumières, qui comporte une volonté farouche de combattre le christianisme. Cette référence est improductive et maladroite. Le cycle des lumières est terminé. La « modernité » idéologique est morte. On ne peut pas fonder un grand projet sur un cadavre. Ce serait rentrer dans l’avenir à reculons.

[Propos recueillis par Joël Prieur]