RETOUR AU SITE
"L'abbé de Cacqueray s'exprime sur Sensus Fidei dans Fideliter n° 164"

Version PDF

Actualité de la Tradition

A propos de l'association « Sensus Fidei »

A l'occasion de la triste affaire de Bordeaux une association nommée «  Sensus Fidei » a été fondée (déclarée au Journal Officiel le 2 octobre 2004) qui se présente comme « Association des laïcs catholiques de tradition de la région Ile de France ». A priori son objet paraissait louable : « coopérer avec la Fraternité sacerdotale internationale Saint Pie X dans le respect des missions qu'elle accomplit et des fonctions qu'elle exerce conformément à ses statuts » (Statuts de l'association).

Malheureusement les déclarations et actions subséquentes ont nettement contredit ce beau dessein en sorte que je me vois obligé de faire une très nette mise en garde contre cette association Sensus Fidei. Un florilège de ses déclarations prises sur le site Internet officiel de l'association (www.sensusfidei.org) suffira à le faire comprendre.

Commençons par les affirmations du président de l'association au micro de Radio Courtoisie le 17 novembre 2004 qui constituent une vive attaque contre les prêtres de la Fraternité et sa hiérarchie : « La Fraternité [connaît une] espèce de dérive (...) qui se traduit par à la fois un confinement, une contraction de son dispositif une espèce de jansénisme de plus en plus marqué un encadrement de plus en plus étroit des fidèles et je dirais non pas le rejet mais la mise au deuxième niveau simplement des missions apostoliques pour privilégier et monter en épingle la sanctification individuelle c'est-à-dire tout l'inverse de ce que devait être la Fraternité et de ce que Mgr Lefebvre avait voulu qu'elle soit. » Il s’agit là d'une totale méconnaissance de l’apostolat sacerdotal : le prêtre pour rayonner le Christ auprès des fidèles, doit être lui-même uni au Christ par la sainteté. C'est tout le sens du livre de dom Chautard, tant loué par les papes L’âme de tout apostolat.

Le même président ajouta : «  Il y a l'ère des conquérants l'ère des organisateurs l'ère des parasites. On entre davantage dans l'ère des parasites, des gratte-papier, des prêtres de bureau qui veulent tout régenter tout voir tout faire et qui privilégient le maintien de leur puissance et a la limite la resserre pour en faire une sorte de despotisme plutôt que d'être au service de la mission qui est la leur. » Outre le caractère injurieux de ces propos nous sommes ici en face d’une négation de la notion d’autorité qui doit certes encourager et fortifier mais aussi diriger mettre en garde et parfois sanctionner.

Poursuivant ses attaques le président de Sensus Fidei affirme : «  Un certain nombre d'intrigants ont essayé de mettre la main [sur la Fraternité] et la réduisent à leur pauvre niveau [pour] la scléroser dans un premier temps et dans un deuxième temps la faire disparaître. »

Dans une Déclaration de fidélité à la Tradition datée du 21 novembre 2004 Sensus Fidei propose une sorte d’œcuménisme traditionnel, en affirmant : « Chaque prêtre catholique doit pouvoir accéder à tous les autels catholiques de la résistance » ce qui reviendrait à accueillir sans discernement dans nos églises et chapelles tout prêtre qu'il soit sédévacantiste, rallié, conciliaire ou autre. Ce serait le comble du désordre, et une pratique absolument opposée à toute la tradition de l'Eglise.

Dans une déclaration intitulée Tentative de diabolisation de Sensus Fidei datée du 12 janvier 2005 l'association fait cette déclaration stupéfiante : « Sensus Fidei ne se situe pas dans le cadre légal de l'Eglise romaine. » Il s'agit espérons-le d’un lapsus faute de quoi nous serions en présence d'une association schismatique. Rappelons qu’au contraire la Fraternité se situe entièrement dans le sein de l’Eglise romaine et que c'est son attachement résolu à la Tradition de l’Eglise romaine qui explique toute son action.

La même déclaration continue: « [Sensus Fidei se situe dans le cadre légal] de la Fraternité Saint-Pie X » ce qui est également absurde dans la mesure où « la Fraternité est une société sacerdotale de vie commune sans vœux » (article premier de ses statuts) ce qui exclut évidemment la présence en son sein d'une association de laïcs et encore plus l’intervention de ces laïcs dans son gouvernement et dans sa vie interne.

En raison des déclarations et des actions de cette association Sensus Fidei injurieuses à l’égard de la Fraternité Saint-Pie X, de ses prêtres et de leurs supérieurs, subversives du principe d'autorité, fondées sur de faux principes théologiques, canoniques et spirituels je demande aux fidèles de ne pas y prêter la main en dépit de la sympathie initiale que nous pouvions ressentir pour les fondateurs et dirigeants de cette association.

Abbé Régis de Cacqueray Supérieur du District de France