RETOUR AU SITE

L'Abbé de Cacqueray veut-il faire entrer la Fraternité dans la clandestinité ? - 15 mars 2005

                                                                                                            Suresnes, le 15 mars 2005 

Monsieur, Je viens d'être informé de ce que votre site http://frat.canalhistorique.free.fr a mis en ligne les statuts de la Société de Vie Apostolique Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, fondée par Monseigneur Marcel LEFEBVRE le 1er novembre 1970, dont le siège est à Menzingen (CH). 

En ma qualité de Supérieur du district de France de cette Société de Vie Apostolique et en accord avec le Supérieur Général, je vous adresse la présente pour valoir demande de retrait de cette diffusion. 

En effet, les statuts de cette Société de Vie Apostolique (comme ceux de toutes sociétés religieuses ou ecclésiastiques) ont, par nature, un caractère privé et sont, au visa de cette qualité, confidentiels. 

Cette affirmation est attestée par le fait que chaque exemplaire du livre contenant les statuts est numéroté et porte mention que la Société de Vie Apostolique en est l'exclusive propriétaire  "Hic libellus res manit Fraternitatis sacerdotalis Sancti Pii X". 

Les membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X le reçoivent à titre de prêt et ne peuvent en disposer. 

Vous ne pouvez, d'ailleurs, ignorer le caractère confidentiel de ces statuts puisqu'aussi bien, aux termes du "MANIFESTE" diffusé sur votre site, vous précisez:"Nous souhaitons représenter tous ceux qui se reconnaissent dans la Fraternité Saint-Pie X  telle qu'elle a été fondée par Mgr Lefebvre avec la liberté souveraine des enfants de Dieu". 

Quoiqu'il en soit de cette prétention, leur publication s'oppose à cette discrétion que Monseigneur Lefebvre, homme d'Eglise, conservait pour tout ce qui devait l'être et, notamment, pour nos statuts. 

Vous ne pourrez, en conséquence, que satisfaire ma demande de retrait.   

Il est évident qu'à défaut, et au visa de la loi n°04-575 du 21 juin 2004, je saisirai Free-Service Abuse. Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.  

Abbé Régis de CACQUERAY-VALMENIER
Supérieur du district de France