RETOUR AU SITE

Post passé sur le Forum Catholique

par Taedium

Voici une petite analyse sur les risques qui menacent ceux qui sont attachés à la pureté de l'enseignement traditionnel. Cela peut menacer toutes les communautés. C'est justement le replis sur soi et le communautarisme qui menacent ceux qui dissertent à perte de vue sur le NOM, le VOM, l(infaillibilité ...

Actuellement, c'est la Fraternité Saint Pie X qui est la plus touchée même si la plupart des prieurés sont en paix. Le signe le plus évident est le silence tout à fait anormal sur la mort de Jean Paul II et l'élection de Benoît XVI lors du pèlerinage de Pentecôte 2005 : silence assourdissant.

L'œuvre de Mgr Lefebvre atteint actuellement 455 prêtres, 160 séminaristes répartis en 5 séminaires et un noviciat à Flavigny.
Elle compte 13 districts, 6 maisons autonomes pour environ 119 prieurés avec deux à trois centres de messes. Avec 50 000 à 100 000 fidèles.
Elle compte douze collèges-lycées, et trois collèges, à 90% pensions.

Districts :
Allemagne : 13 prieurés et 2 collège-lycée.
Argentine-Amérique du Sud : 9 prieurés
Asie : 4 prieurés
Australie-Nouvelle Zélande : 7 prieurés.
Autriche : 4 prieurés
Belgique-Pays Bas : 4 prieurés (si on compte le Carmel)
Canada : 5 prieurés, et 1 collège lycée.
Etats-Unis : 14 prieurés et 1 collège-lycée.
France : 31 prieurés et 6 collège-lycée dont un en ville sans pension, et deux collèges.
(et 9 aumôneries)
Grande Bretagne : 3 prieurés et un collège-lycée.
Italie : 3 prieurés.
Mexique : 5 prieurés.
Suisse : 9 prieurés et un collège-lycée.

et 6 maisons autonomes :
Afrique du Sud : 3 prieurés
Espagne : 2 prieurés.
Gabon : 1 prieuré et une école-collège.
Irlande, Kenya, Pays de l'Est (2 prieurés).


L'œuvre est donc bénie de Dieu. Elle demande la liberté de la messe tridentine, et une doctrine claire sur les vérités du salut : Incarnation, Rédemption, Sacrifice, Mission, Salut par l'Eglise …

Le Souverain Pontife Benoît XVI a l'intention de faire la paix avec ces catholiques qu'il n'estime pas schismatique comme il l'a dit à des prêtres Ecclesia Dei en visite en France alors qu'il était encore le cardinal Ratzinger.

Tous les espoirs sont donc permis.

MAIS

Il y a actuellement dans la Fraternité Saint Pie X, une vingtaine de prêtres ( sur 455 !) qui ont une dérive nettement janséniste sous apparence de mieux, de pureté, de puritanisme. Cette dérive a même été remarquée par un dur de dur comme Mgr Williamson qui n'hésitait pas à faire des sermons sur les pantalons des femmes, et l'imminence de persécutions apocalyptiques. Le problème est que ces prêtres ont des postes de commandement.

Cette dérive se caractérise par un pessimisme. Ce dernier était prévisible étant donné le monde hostile et la Crise de l'Eglise. Cette pente méfiante naturelle à ceux qui résistent à une corruption ambiante, a fini par abîmer l'élan des années 70-80.
L'évêque missionnaire Mgr Lefebvre avait lui aussi ses moments de pessimisme. Mais il croyait en la grâce et en la conversion des âmes. Il avait vu des villages assez primitifs se convertir et bénéficier de la grâce qui soigne les corps vicieux et les âmes corrompues.

Ce groupe de purs considèrent que devenir un vrai chrétien est très difficile aujourd'hui. Le constat se fait surtout sur l'éducation : les enfants actuels sont éduqués par les enfants de mai 68. La nature est amollie et corrompue, incapable d'efforts. Pour redresser la société, il faudrait que l'Etat redevienne chrétien et insuffle une saine éducation dans toutes les écoles. C'est vrai, c'est un des meilleurs moyens que la franc-maçonnerie a utilisé pour laïciser et déchristianiser.
Mais si vous faites un absolu de l'éducation « tradi » pour devenir catholique, tous les nouveaux venus ne sont pas en quelque sorte parfaits (purs, cathare en grec). En tout cas les jeunes gens sont a priori inaptes au sacerdoce. Il faudra même vérifier que les familles n'ont pas de moyens de corruption : télé, vidéo, consoles. Ce n'est pas tout à fait faux. Une éducation moderne est éloignée de la vie équilibrée, où l'intelligence pratique et la réflexion sont développées par des parents présents, et pieux.
Mais on se demande comment les nations sont devenues chrétiennes. Seulement parce qu'elles n'avaient pas les téléphones mobiles, l'internet et la télévision ? Seulement parce qu'elles étaient plus proches de la « terre » ? Mais ce sont les villes qui se sont converties les premières puis les campagnes (paganus : païens).
En fait, ce sont les exemples de charité, la bonté et la bienveillance du Christ qui meurt par amour pour nous qui ont converti les âmes. Des parents, ou des personnes rencontrées dans la vie qui ont cette bonté font de très bonnes vocations, même dans des familles « mondaines » ou frappées par le divorce. Une âme se rapproche de Notre-Seigneur lorsqu'elle trouve un reflet de la bonté divine chez sa mère, son père, une personne providentielle …

Mais pour ce groupe de durs, le salut est dans le communautarisme. Il faut donc :
- des prieurés un peu hors du tissu urbain
Cela était souhaité par Mgr Lefebvre et on comprend tout à fait cette volonté de havre de paix pour se ressourcer et permettre la vie de communauté. Mais cela ne doit pas devenir un absolu au point de n'être que le rendez-vous de ceux qui savent, les initiés …
- des pensions car les familles éduquent si mal (tout en admettant quand même les primaires en ville). Certains parlent même d'un lycée unique « Fraternité » au centre de la France en invoquant une idée de Mgr Lefebvre.
Si cet enseignement est adapté à certains caractères, la famille reste le lieu naturel de l'amour maternel et filial, et de l'éducation. De plus Mgr Lefebvre aurait salué le succès des prieurés s'ils pouvaient évangéliser sur place.
- des centres de messes pas trop bien placés de peur de se diluer.
Bien sûr ces durs acceptent des églises bien situées et en font la promotion, mais ce n'est pas leur souhait profond : « Pour vivre heureux, vivons cachés ».


Voici donc mes réflexions sur la crise de la Fraternité Saint Pie X.
Elles expliquent :

- la réticence contre les initiatives apostoliques d'ouverture d'église en centre ville de l'abbé Laguérie.

- la réticence contre les débats ouverts de l'abbé de Tanouärn.
Tout les prêtres savent que dès 1996 les supérieurs étaient poussés à écarter cet abbé. Les groupes de pression « pur de pur » sont parvenus à leur fin. L'ironie est que ce fut justement pour un congrès qui a fait encore rayonné la Tradition et réuni 1500 personnes.

- l'interdiction ou les manœuvres de dissuasion pour l'ouverture de collèges en ville :
exemples : - suppression du « collège de prieuré » de Mantes-la-Jolie (fin années 90)
- interdiction d'ouvrir le collège à Bordeaux une semaine avant la rentrée alors que tout était prêt : ordre de la hiérarchie de France implantée à Suresnes (1996).
- suppression du « collège de prieuré » de Caen : ordre de Suresnes (début 2000).
- refus d'aumônerie à un collège à Nantes vers 2000.
Les prêtres Ecclesia Dei s'occupent maintenant de ce collège.
Par réaction, Suresnes a donné son feu vert pour un collège Fraternité Saint Pie X à Nantes vers 2003.
- refus d'un collège à Marseille malgré l'insistance des parents (primaires à plus de cents élèves).
- interdiction officielle de Suresnes d'encourager les collèges en ville lors d'une réunion à Flavigny en juillet 2004.
- manœuvre en mai 2005 pour faire fermer le collège de Bordeaux d'initiative laïque accepté par l'abbé Laguérie en septembre 2002.
Le nouveau prieur du terrible septembre 2004 et la directrice de l'école primaire du prieuré ont manœuvré pour faire partir les parents du collège sur ordre de Suresnes, qui a trahi ses promesses de laisser l'aumônerie. Bordeaux n'avait pas besoin de cela. Le rez-de-chaussée

Quel gâchis pour les âmes.

A relire 2